mercredi 9 décembre 2015

6 Décembre : Pour un monde où l’énergie fossile ne serait plus le moteur


Dimanche dernier, nous étions à la Pointe du Raz, lieu symbolique de la lutte pour une gestion de l’énergie qui soit citoyenne.

L’initiative de ce rassemblement en revient au collectif GASPARE qui lutte contre l’installation d’une centrale au gaz à Landivisiau.

Les objectifs d’ATREÎS sont de soutenir le projet alternatif d’IDSE concernant la production et la distribution d’énergie sur l’Île de Sein. 

Ces luttes, qui sont et qui apparaissent comme indépendantes, font partie en réalité d’un même combat pour une réappropriation de notre avenir, de notre vie en société. La production d’énergie est ici, le sujet commun.
  • Brûler du fioul sur l’île de Sein ou brûler du gaz à Landivisiau pour produire de l’électricité, est aujourd’hui une aberration écologique. Les solutions alternatives existent. Elles permettent de réduire notre dépendance aux d’énergies fossiles, et de ne pas contribuer au réchauffement climatique par l’émission de CO2.
  • Au niveau économique, la combustion d’énergie fossile pour produire de l’électricité n’est pas rentable. Par contre, elles le deviennent pour les entreprises qui les gèrent par le truchement des subventions qu’elles obtiennent des pouvoirs publics. Ces subventions sont payées par tous par l’intermédiaire de la CSPE payée par tous les consommateurs d’électricité.
  • Dans les deux cas, derrière ce projet (gaz à Landivisiau) ou cette situation (fioul sur l’île de Sein), il y a deux entreprises (Direct Energie et EDF) dont les objectifs sont très éloignés de ceux des populations locales.
Dimanche donc, nous étions entre 100 et 150 personnes (selon le Télégramme), sur le site de la Pointe du Raz. Comme sur l’île de Sein il y a 15 jours, le temps était clément (pas de pluie), mais une alternance de soleil et de nuages avec un vent qui s’affirme de manière constante. 

Au rassemblement près de la maison du site, quelques interventions plutôt brèves mais pertinentes de représentants des associations présentes. C’est ensuite dans l’allégresse et la bonne humeur que nous sommes tous partis pour une marche vers la pointe. Arrivés au bout du monde, nous avons tous admiré le paysage grandiose qui s’étalait devant nous. L’île de Sein à l’horizon, la mer, le vent, le soleil et sa partie de cache cache avec les nuages … la dispersion a été progressive dans un environnement propice à la méditation sur un monde où l’énergie fossile ne serait plus le moteur …

Les membres du bureau ATREÎS



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire